arbres-largeLes forêts couvrent aujourd’hui 31 % des terres émergées et pourraient jouer un rôle majeur face à la double crise – changements climatiques et perte de la biodiversité – qui affecte la planète. A ceci près que, selon la FAO (l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture), près de 13 millions d'hectares de forêts (soit une surface presque équivalente à celle de l'Angleterre) disparaissent chaque année…
Or, comme l’a très bien rappelé le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, à l’occasion du lancement officiel de l’Année internationale des forêts, en 2011 : 1,6 milliard de personnes dépendent des forêts pour leur subsistance, les forêts abritent 80 % de la biodiversité terrestre, stockent plus d'un trillion de tonnes de carbone et les émissions de gaz à effet de serre générées par la déforestation représentent plus que la totalité de celles des transports dans le monde ! A cela, il convient d’ajouter que les forêts sont à la fois une source d'abris, de nourriture, d'énergie et d'autres bénéfices essentiels pour l'écosystème  !

 

La fracture Nord-Sud

Ceci dit, toutes les forêts ne sont pas soumises à la même pression. Il faut distinguer deux réalités : celle des forêts de la ceinture intertropicale et celle des forêts tempérées (Europe et Amérique du Nord). Si les forêts tropicales connaissent effectivement une situation préoccupante sous les effets conjoints de la croissance démographique, de l’extension des pâturages, du défrichage industriel et du commerce illégal, il en va tout autrement des forêts tempérées, lesquelles s’accroissent chaque année. A titre d’exemple, la forêt belge s’est étoffée de près de 60 % au cours du dernier siècle ! Et la surface forestière en Europe s’accroît annuellement d’un million d’hectares alors qu’on ne prélève que 64% de l’accroissement annuel …

 

La forêt : un potentiel économique de premier plan

Stacked Logs

A l’échelle mondiale, 60 millions de personnes seraient employées par l'activité sylvicole et forestière, et la valeur du bois vendu chaque année approcherait 100 milliards de dollars. D’après la FAO, la demande en bois dans le monde a augmenté de 25 % entre 1996 et 2010. Et les approvisionnements en bois devraient encore être soumis à une pression accrue du fait de la demande en bois-énergie.
Les forêts européennes sont toutefois en position de produire plus de bois tout en conservant leur caractère durable. Si l’on en croit certaines études commanditées par la Commission européenne, elles produisent suffisamment de bois toutes les trois secondes pour construire une maison en bois de 120 m2 et leur potentiel de croissance n'est pas pleinement utilisé à l'heure actuelle.

 

Deux labels, une seule mission : sauver la forêt tropicale

La seule solution est de généraliser les labels de certification forestière créés il y a une quinzaine d’années pour protéger ce patrimoine mondial inestimable qu’est la forêt et notamment ce qu’il subsiste de forêts primaires (une forêt originelle qui n’a jamais été exploitée par l’homme), lesquelles accueillent plus de la moitié des espèces vivantes répertoriées dans le monde. Malheureusement, à ce jour, 80% des forêts originelles de la planète ont déjà disparu et la forêt tropicale ne couvre plus que 2% de la surface du globe… Tout ça alors que, sous la pression de pays émergeants comme la Chine, la politique d’exploitation à outrance se poursuit.

Il existe aujourd’hui deux grands systèmes internationaux de certification forestière : FSC (Forest Stewardship Council) et PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes) qui attestent que les forêts d’où sont tirés des produits en bois ou à base de bois sont gérées durablement. Le problème, c’est que 8% à peine des surfaces forestières mondiales sont actuellement certifiées, dont 87% en Europe (29%) et en Amérique du nord (58%), ce qui explique la dichotomie Nord/Sud.

• FSC (Forest Stewardship Council)

FSC 1Le Forest Stewardship Council (FSC) est une organisation internationale à but non lucratif qui a été créée en 1993 par des propriétaires forestiers, des entreprises du secteur du bois et du papier, des mouvements sociaux et des organisations environnementales. FSC travaille pour promouvoir une gestion responsable des forêts partout dans le monde, selon des critères stricts au niveau social, environnemental et économique.
FSC est représenté dans plus de 50 pays à travers le monde.
Plus d’infos: www.fsc.be.

• PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes) 

PEFC 4PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes ou Programme de Reconnaissance des Certifications Forestières) a vu le jour en 1999 à l'initiative de douze pays européens, dont la Belgique. Ce programme, qui a très vite bénéficié du soutien des différents acteurs concernés de près ou de loin par la forêt, s'est développé pour devenir un système de certification mondialement reconnu. Les principes fondamentaux du système sont l'ouverture au dialogue, la recherche de consensus, la transparence, une évaluation périodique et une amélioration continue. La procédure PEFC implique tous les acteurs dans le domaine du bois : propriétaires forestiers, industrie, organisations environnementales, scientifiques et usagers de la forêt.
PEFC est le plus important système de certification forestière au monde, représentant plus de 224 millions d'hectares de forêts certifiées.
Plus d’infos : www.pefcbelgium.be.

 

Et les forêts belges ?

La forêt couvre 23% de la superficie de la Belgique (80 % des surfaces forestières sont concentrées en Wallonie) dont 96 % sont disponibles pour la production de bois. Ce taux est l'un des plus élevés de l'Union européenne !

• La forêt en Wallonie
Environ 33 % du territoire wallon est recouvert de forêts, soit 554 000 hectares. Les plantations (de résineux, principalement) dans les zones agricoles délaissées ont permis aux forêts de regagner 100 000 ha en un siècle. Et sur ces vingt dernières années, les prélèvements de bois ont été inférieurs à l'accroissement en volume des forêts.  Ce qui se traduit par une progression de 26 millions de m³ de bois sur pied sur un total de 113 millions de m³  en 2008 pour l'ensemble de la Wallonie.

• La forêt en Flandre
La superficie forestière est de 146 381 ha soit 10,8 % de la superficie totale de la Flandre. Contrairement à la situation qui prévaut en Wallonie, l’accroissement de la superficie forestière en Flandre est extrêmement faible, voire nulle, en raison de pressions multiples (multiplication des zones récréatives et industrielles, développement des terres agricoles et des terrains à bâtir, etc.).

• La forêt en Région bruxelloise
La forêt bruxelloise, elle, couvre à peine 1735 hectares (soit moins de 1 % de la surface forestière du pays…), mais il s’agit d’une « ville-région ».